L’Opéra de quat’sous constitue une tentative exceptionnelle d’associer musique savante et musiques populaires : forme théâtrale et lyrique originale, il mêle ballades, complaintes, chansons, danses de salon… Empreint de sentimentalité, le langage musical de Weill présente des mélodies lancinantes, des harmonies tonales parfois très audacieuses. Ce monument inclassable de l’histoire de l’Opéra puise avec allégresse au fond de la musique des rues, du répertoire de cabaret, du jazz, tout autant qu’à la grande tradition de l’opérette et de la musique savante. L’ensemble Octoplus en propose une adaptation pour petit orchestre, chanteurs, récitant et danse.

« Le succès sensationnel de l’Opéra de quat’sous, qui a vu subitement une oeuvre d’un style totalement neuf, annonciatrice de l’avenir, connaître la fortune commerciale, confirme avec bonheur les prédictions exprimées à plusieurs reprises dans ce journal. La nouvelle opérette-opéra populaire, qui prend acte des données artistiques et sociales du présent, a pu s’imposer de manière exemplaire »Vienne, janvier 1929

Résumé de l’action

Macheath, dit Mackie-le-surineur, célèbre son mariage avec Polly, la fille unique de Jonathan Peachum, directeur de la société « l’ami du mendiant ». Parmi les invités, il y a le chef de la police, Brown, que l’on surnomme Tiger Brown. C’est un vieil ami de Macheath, depuis qu’ensemble ils ont combattu dans l’armée des Indes. Lorsque Jonathan Peachum et Célia Peachum, sa femme, apprennent le mariage, ils décident de faire arrêter Macheath afin qu’on le pende.

Pour échapper à Peachum, Macheath prend la fuite. On le retrouve dans une maison de passe, à Turnbridge. Une des prostituées, Jeanny-des-lupanars, ancienne maîtresse de Macheath, le dénonce et le fait arrêter. On l’emprisonne à la prison d’Old Bailey. Polly, qui vient rendre visite à son mari, découvre sa rivale Jenny, et une dispute éclate. Macheath sera donc pendu, comme il le mérite, mais, grâce à l’arrivée providentielle du héraut du roi Brown, il sera relâché, et élevé à la noblesse héréditaire.